«

»

Sep 04

Un beau livre sur le don d’organe (« Réparer les vivants » de Maylis de kerangal)

photoUne actu pas comme les autres : coup de projecteur sur une lecture de vacances ! « Réparer les vivants » : un très beau livre pour comprendre un peu mieux les enjeux du don d’organe. A l’instar d’un bon reportage, l’auteur nous fait entrer dans la stupeur de la perte d’un enfant et dans le quotidien des professionnels qui accompagnent doublement : les familles endeuillées d’une part et les patients en attente de greffe d’autre part. Toute une mécanique complexe des sentiments et aussi d’une technique médicale incroyable. Découvrir ce qu’est la mort (cérébrale), les précipices et la sidération du deuil impossible, de l’accord des familles sur le prélèvement…  Un roman pas forcément très joyeux mais d’une authenticité rare. Et qui entre quand même dans l’actualité avec le débat qui a eu lieu avant l’été sur le maintien (ou non) de la demande d’autorisation de prélèvement aux membres de la famille de la personne décédée.  En effet, si la loi française autorise théoriquement le prélèvement d’organes sur toute personne décédée n’ayant pas fait part de son refus (cf, registre national des refus), la pratique veut que l’on consulte les familles systématiquement et qu’on respecte leur choix si jamais elles sont opposées au prélèvement. A la lecture du roman, cette approche pragmatique semble être la plus juste et la plus respectueuse de la souffrance des proches. Mais à quel prix pour les professionnels… et pour les patients en attente de greffe ? Le mieux reste toujours, pour chacun d’entre nous, d’indiquer clairement notre position à nos proches sur la greffe. Ils sauront alors mieux quoi faire si jamais la situation les expose à un choix qui reste délicat à faire… EmPatient accompagne les associations de greffés avec l’édition de brochures (ex : la greffe expliquée aux proches) et de fiches pratiques sur les médicaments antirejet qui devraient sortir d’ici la fin de l’année.

Pour tout renseignement, contactez David-Romain Bertholon, directeur 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *